L’après Coupe du Monde et la reconversion des stades brésiliens

Après une Coupe du Monde réussie, le Brésil doit maintenant se tourner sur le problème des stades. En effet, avant de poursuivre la préparation des Jeux Olympiques 2016, les autorités et dirigeants brésiliens doivent justifier plusieurs milliards de dépenses pour la création de stades ayant très peu servies et ne pouvant accueillir, faute d’équipes, de match du championnat national brésilien  (Pour exemple les stades de Natal, Cuiaba, Brasilia et Manaus). La question d’une reconversion est donc posée. 

Parmi les idées pour les « recycler », celle du juge Sabino Marques ne fait pas dans la demi-mesure. Le président du groupe de surveillance pénitentiaire en Amazonie a proposé en septembre 2013 de convertir l’Arena Amazonia de Manaus en… centre de détention !

« Tant que l’État ne peut résoudre le problème de la surpopulation carcérale en construisant de nouvelles prisons, alors ce stade vide doit être utilisé », avait-il déclaré à l’époque, un brin provocateur. Il faut dire que les établissements pénitentiaires de la région,  souffrent de surpopulation carcérale. Surtout, la pertinence même de construire ce stade couleur ivoire, surnommé « l’éléphant blanc », pour 200 millions d’euros, avait été raillée à l’époque, car il n’a reçu que quatre des soixante-quatre matches de la compétition.

Une autre solution pourrait trouver un certain écho populaire. Deux architectes français ont proposé début juillet de transformer une partie de ces stades obsolètes en logements. « Nous remplaçons une partie des gradins par des logements préfabriqués et nous colonisons la façade extérieure », expliquent sur leur site Axel de Stampa et Sylvain Macaux. Le projet, intitulé Casa Futebol, servirait à se réapproprier ces « constructions démesurées » en empilant des habitations d’une surface de 105 m2.

Les créateurs imaginent que les stades continueraient à fonctionner et une partie de leurs recettes pourrait « financer la construction et l’entretien des maisons ». Une belle idée, qui bute sur de nombreux détails opérationnels – aménagement de sanitaires, normes de sécurité, risque de dépasser le poids que peuvent supporter les fondations, etc. Toutefois, le concept répond à une demande importante des Brésiliens, dont les besoins en logements sont estimés à 5,1 millions, selon l’Institut de recherches d’économie appliquée. 

Interrogé à de nombreuses reprises sur l’après-Mondial, le ministre des Sports Aldo Rebelo a promis que les installations créées pour l’occasion seront réutilisées pour d’autres activités, comme des foires, des concerts et des conférences. « Ce seront des espaces multi-usages, dont les villes avaient jusque-là manqué. Ils deviendront bien plus que des terrains de football », se justifiait-il alors.

Espérons pour la France que les stades rénovés pour l’Euro 2016 ne poseront pas autant de problèmes que les stades brésiliens…

Article proposé par deal4event

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s